Choupette (o\_!_/o)

2016

2015

2014

2013

2012

2011

2010

2009

2008

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

 

Insonore, ou presque

14 juillet 2012

Le changement de l'ensemble moteur-boîte il y a quelques semaines a considérablement diminué la nuisance sonore à l'intérieur de l'habitacle.

La pose récente de sièges en tissu et d'un petit ciel de toit constitue également un gain subtile, bien que dans le même temps j'ai installé des panneaux de porte en métal, ce qui ne va pas dans le sens de la diminution du bruit.

Afin de transporter la petite famille dans un confort sonore plus grand, à la demande d'Elodie qui pourtant ne monte pas souvent dans la cox, j'ai collé au fond du compartiment moteur une plaque d'insonorisant, type goudron.

La pose avec le moteur en place est très délicate et évidemment imparfaite. De nombreuses bulles d'air subsistent.

406.JPG

En première impression le gain ne saute pas aux yeux, ou plutôt aux oreilles, mais la plaque semble quand même jouer son rôle.


On notera au passage que ce même week-end j'ai réinstallé mon allumage classique. Mic l'avait gardé en test depuis ma panne du 11 mai et j'avais son allumeur 010. D'après lui le module électronique est hors service. Je vais le tester de nouveau mais vu le prix de cette petite pièce, ce serait vraiment "dommage".

 

Le Mans Classic 2012

8 juillet 2012

En aménageant au Mans, il y a maintenant plus de deux ans, je ne pensais pas devenir "accro" à ce phénomène "24heures".

Forcé de m'y intéressé dans le cadre de mon travail, je m'y rends de plus en plus en tant que visiteur, au point de connaître presque par coeur ce circuit.


Sans compter ma présence aux évènements moto, dans le cadre du travail, après mes séances du roulage du 11 mai je suis retourné sur le circuit en tant que spectateur de la journée test des 24h auto, le 3 juin. Le dimanche suivant j'ai fait un tour au pesage en centre ville avant d'enchaîner le mercredi et le jeudi des essais. Le vendredi j'ai visité les stands et enfin j'ai suivi la course tout le week-end des 24H du Mans, traînant mon père jusqu'à 3h du matin au virage d'Arnage.

Deux semaines après j'y retournais tout un week-end en tant que participant aux 24 heures rollers : un souvenir inoubliable.

Enfin, la semaine suivante, je retrouvais ce lieu mythique peuplé de ces automobiles qui ont fait son histoire, pour Le Mans Classic.

390.jpg


Nous sommes montés à quatre dans Choupette. Une fois n'est pas coutume, Elodie m'a accompagné. Les deux autres passagers sont plus férus d'automobile et particulièrement de Choupette, puisqu'il s'agissait de Rémi et Anaïs, alias Ubu et Herbie 54.

Et le fait de monter à quatre n'est pas anodin. L'absence de banquette arrière n'a pas été le problème car à la dernière minute j'ai fait un dossier sommaire, suffisant vu le trajet à parcourir. Le souci est venu, de nouveau, de ma roue avant gauche. Au moindre relief ou virage serré, le pneu entrait en contact avec l'aile. Il y avait de quoi être un peu crispé sur les routes de campagne contournant le sud du circuit. Et oui cette fois c'est le spectacle du virage de Mulsanne que avons admiré de nuit.


En tant que membre ACO j'ai pu me garer sur le parking de l'espace membre, à l'intérieur du circuit. Ce n'est pas l'endroit où il y a le plus de passage mais rien que les trajets pour s'y rendre ou pour en ressortir ont permi d'exposer la cox. Trois à cinq mètres, c'est la distance que l'on parcourait entre deux "pauses photo", de l'entrée nord jusqu'au parking. Ce type de bouchon est plutôt agréable. Vu toute l'énergie dépensée pour cette voiture, cet attrait du public est un retour que j'apprécie beaucoup.


Concernant Le Mans Classic, nombre d'articles et de reportages photographiques illustreront mieux que moi cet évènement que l'on ne peut découvrir que partiellement en deux jours. Mais en résumé ce fut un superbe week-end malgré la pluie. On est inévitablement transporté dans ces différentes époques où tant de marques ont laissé leur trace (pas Volkswagen d'ailleurs) ; et particulièrement lorsque l'on voit débouler dans la ligne droite des stands ces bolides des années 20.

391.JPG Et moi qui ai trois cadrans pour surveiller le moteur de Choupette...

392.JPG Une autre Choupette était présente sur le parking des membres ACO. C'est une très bonne réplique de la version "classique". Même si tous les détails n'y sont pas, nous sommes loin des "1303 avec des bandes" que l'on croise trop souvent.

393.JPG Cette ovale "old speed" bien inspirée venait d'outre manche, comme la plupart des participants à cette manifestation.

394.JPG Lorsque l'on joue il faut s'attendre à perdre. Mais le joueur ne s'attendait peut-être pas à découvrir un centimètre de mastic sur tout son flanc droit. Au moins c'est l'occasion de refaire quelque chose de sain. Et puis pour nous possesseurs de cox cela nous rassure, nous ne sommes pas les seuls à acquérir des voitures maquillées.

395.JPG

396.JPG Je ne suis vraiment pas fan de Porsche mais bon. Pourquoi pas un tel bolide dans mon...garage biensûr.

397.JPG Deux Nascar étaient présentent dans ce plateau n°6. Au milieu des Ferrari, Porsche et autres Aston Martin, elle sortent incontestablement du lot pour nous européens. J'aurais bien ramené un ces drapeaux que l'on voit au fond sur la photo.

398.JPG

399.JPG

400.JPG Si on compare l'intérieur de la Gran Torino ou l'aileron de cette Charger à la Choupette Nascar, on se dit que la fiction dans Herbie fully loaded est manifestement allée très loin, sans doute trop.

401.JPG L'évènement fut l'occasion de sortir deux nouveautés : la chemisette aux couleur de ma cox et une banderolle sur l'histoire des films.402.JPG

403.JPG Même de nuit, Choupette a été remarquée.

Voilà pour cet évènement qui n'est organisé que tous les deux ans. Il va falloir être patient mais pour ma part je retourne bientôt sur le circuit, notamment à l'occasion de la fête de l'ACO, fin septembre. Ensuite j'effectuerai ma deuxième journée de roulages le 8 octobre et viendront après les 24H camions, où courent des Race Cars (la NASCAR européenne).

 

Finition intérieure : les panneaux de porte

6 juillet 2012

Les poignées de fermeture :

Pour tirer la porte, Jean-Luc et moi avions conçu une poignée dont la lanière n'est autre qu'une ceinture de pantalon. Contre toute attente, ce n'est pas cette lanière mais son support, un bout de cornière en aluminium, qui a très vite montré une faiblesse.

Jean-Luc a donc refait une pièce, sur le même principe mais cette fois fermée sur les côtés et en acier inoxydable.

387.JPG 388.JPG


(9 juin 2012)

Les poignées d'ouverture :

Je souhaitais installer des poingnées intérieures de porte en alu brossé, comme les manivelles de vitres. Mais le modèle n'est plus diponible sur le marché. En me résignant, je me rend compte que la conservation des poignées d'origines, chromées, est une meilleure solution. En effet, le tableau de bord sera aussi, à terme, une combinaison de chrome et d'alu brossé. Ainsi les panneaux de porte s'accordent parfaitement.

En revanche il demeure un jour important entre les poignées/manivelles et les nouveaux panneaux de porte. J'ai donc installé une protection mousse en guise d'enjoliveur autour des axes.


La décoration :

L'absence d'espace entre le siège et la porte fermée a dicté l'emplacement du vide-poches. Ainsi, un grand espace sur le panneau se retrouve lisse, inutilisé. Pour équilibrer l'ensemble j'ai apposé des lettres autocollantes "HERBIE NASCAR" dans la continuité du vide-poches.

Discrètes et placées à un endroit peu visible, ces lettres démontrent un souci du détail dont le résultat me plaît beaucoup. Et par cette écriture la cox est officiellement baptisée.

389.JPG

 

Finition intérieure : l'arceau

4 juillet 2012

Le ciel de toit étant posé, je fini l'arceau en l'entourant partiellement d'une mousse. Elle cache la jonction des bras arrières avec le bras transversal et, lorsque la banquette sera refaite, protègera un minimum les passagers arrières.

385.JPG 386.JPG

« - page 8 de 39 -