Dans la recherche de ressemblance avec la voiture du film, il est un élément majeur qui "faisait tâche" au milieu du toit : le découvrable.

Ce gros rectangle noir en tissu, installé en lieu et place du vinyle gris conforme, m'a évidement interpellé dès l'achat de la cox. Même Elodie avait noté que sa couleur n'était pas la bonne, c'est dire!

Bien que j'avais fini par m'y habituer, sa conservation est devenue impossible compte tenu de mon objectif déjà cité. Et le fait de terminer par cette transformation, tout du moins concernant l'esthétique extérieur, c'est un summum, un symbole !


La recherche :

Pour autant le plus difficile a été de le trouver. Le bon modèle est un découvrable en vinyle gris avec une texture "pinpoint", comme pictée.

Après des recherches infructueuses dans les magasins en ligne européens, je me suis tourné sans plus de succès vers les Etats-Unis d'Amérique. Le vendeur habituel de cette référence était en rupture, sans délais communicable... J'ai alors prospecté chez les selliers locaux pour le faire concevoir et installer intégralement. L'un d'entre eux m'a fait miroiter une possibilité autour des 400€, puis m'a laissé sans nouvelles du devis prévu pendant plusieurs mois. Lorsque je suis revenu à la charge, il m'a annoncé un tarif de 750€ HT pour un découvrable déjà fait qu'il commandait, soit avec la pose près de 1300€ TTC !

Entre temps j'ai bénéficié de l'expérience de d'autres possesseurs de cox qui avaient également échoué dans la quête de cette référence.

Je suis alors revenu vers mon vendeur en ligne habituel français, qui pouvait m'avoir un découvrable gris vinyle, mais pas "pinpoint".

Et finalement, alors que je m'apprêtais à commander cet autre produit par défaut, j'ai reçu une réponse positive d'un importateur de pièces américaines. Le transport en conteneur a allongé de trois mois mon attente mais cela en valait la peine.


La pose :

Si la toile noire était très propore et très bien posée, le démontage a encore confirmé mes craintes : elle a été remontée sur de la rouille. Je ne pensais tout de même pas qu'il y en aurait autant. Une quantité importante de morceux de rouille s'est dispersée un peu partout au cours du démontage et la toile est évidemment tâchée.

J'ai donc décapé les barres de fixation arrière (sangle de tension) et avant (capuchon de tension). J'ai rentré et soudé à l'étain une tige filetée sur la sangle de tension car il manquant un goujon à une de ses extrémités. Les nombreuses parties oxydées ont reçu du Frameto puis l'ensemble a été repeint en noir.

J'ai racheté de la ouatine pour remplacer celle qui se trouvait entre la toile et la sangle de tension ; et j'ai posé un joint collant d'étanchéité neuf sur le capuchon de tension.

La capote neuve est déjà percée pour recevoir les goujons de la sangle de tension, sauf les deux des extrémités. Mais à l'avant, la capote ne possède pas de trous pour la riveter sur le capuchon de tension. Il faut donc faire les trous. Pour cette partie j'ai dû trouver des rivets adéquats dans un magasin de couture. Ils se posent en frappant. Malheuresement ils forment une petite bosse visible côté toile.


Une fois installé sur la cox, le découvrable ne fermait plus. La toile était trop tendue. J'ai agrandi les trous centraux de la toile du côté de la sangle de tension et le découvrable a pu se fermer. Cependant le tout forçait encore. En fait un arceau de guidage, au centre, et deux arceaux tendeurs, de part et d'autre, s'engagent à leur extrémité dans les bords de la capote et lui donnent sa forme. Mais la position des trous dans la capote ne correspondait pas à celle des arceaux ! Il a donc fallu les agrandir. Finalement, les côtés de la capote ne collent pas à la carrosserie comme c'était le cas avant le démontage de la toile noire. Je crains qu'il ne soit plus étanche en roulant.

En cause : les arceaux se sont peut-être déformés et la toile n'est sûrement pas assez tendue sur les bords. Et à présent les arceaux tendeurs sortent de l'encoche de la capote losque j'ouvre le découvrable.

Je me console pour l'instant en constatant que sur la cox Nascar, dans le film, le découvrable a exactement le même défaut. La réplique est donc réussie.


Enfin, malgré l'évidence de ce choix du vinyle gris, il m'aura fallu plusieurs jours pour m'y habituer.

370.JPG

371.JPG Sangle de tension / Capote / Capuchon de tension.

372.JPG Les travaux se sont étalés sur 2 jours, peinture oblige, or cet été très pluvieux nécessite de protéger la cox pour rentrer jusqu'au garage.

373.JPG La partie de ciel de toit sous le découvrable s'était décrochée. J'ai remis de l'adhésif double face tel que ça semblait être auparavant. Je l'ai refixé dans les griffes sur la partie avant. J'ai également réparé une des sangles reliant l'arceau tendeur avant à l'arceau central de guidage.

374.JPG Avant décapage et peinture, la rouille et la teinte d'origine de la cox recouvraient ce capuchon de tension.

375.JPG